↑ Retour à La vie à l’école

Imprimer ceci Page

Notre projet d’établissement

Avant-propos: l’esprit du projet d’établissement

« Le texte ci-dessous constitue notre projet d’établissement.  Ce document exprime notre volonté collective de concrétiser le projet éducatif et pédagogique de notre Pouvoir Organisateur en réalisant pendant les prochaines années les quelques actions définies comme prioritaires par et pour notre communauté éducative.  Celles-ci s’inscrivent dans le cadre du décret « Missions » du 24 juillet 1997 et en cohérence avec l’inspiration du projet éducatif du réseau, « Mission de l’école chrétienne », ainsi que des projets pédagogiques de la FESeC. Pour lire ce projet d’établissement, il faut donc le lire dans la continuité du projet éducatif et du projet pédagogique qui le précèdent !

La réalisation de ce projet d’établissement qui est une œuvre  collective nécessitera la collaboration des différents partenaires : élèves, parents, enseignants, éducateurs, direction, Pouvoir Organisateur, acteurs externes.  Cette responsabilité partagée par les différents acteurs s’exerce à toutes les étapes du projet: sa conception, sa réalisation, son évaluation.

La mise en œuvre de notre projet d’établissement, en concordance avec celui de l’école fondamentale,  s’inscrit dans la continuité des actions entreprises ces dernières années et dans la tradition de notre école.  Ces réalisations déjà présentes constituent un appui important sur lequel les innovations projetées s’enracinent.  C’est pourquoi on trouvera également des traces de ce « capital de départ » dans le texte ci-dessous.

Le projet d’établissement représente une intention que nous nous engageons à concrétiser.  En choisissant ces quelques priorités, notre objectif est de les faire aboutir.  Bien sûr, ces intentions devront être confrontées aux réalités du terrain et notamment à une disponibilité des moyens nécessaires à leur mise en œuvre.  Pour effectuer cette confrontation entre nos intentions et nos actions, nous nous engageons à évaluer régulièrement l’avancement de notre projet ainsi que ses résultats.  Pour respecter la dimension partenariale de ce projet d’établissement, l’évaluation de celui-ci s’effectuera notamment au Conseil de participation qui en a reçu le mandat.  Si des actions n’ont pu aboutir, si des défis n’ont pu être relevés, au moins devrons-nous en identifier les raisons et mettre en œuvre  les actions de régulation nécessaires.

Cette introduction décrit l’esprit dans lequel nous souhaitons que ce texte soit lu tant au départ qu’au terme de notre projet d’établissement. »

Introduction : motivation des choix

Le projet d’établissement définit les stratégies qu’une équipe éducative va déployer pour atteindre les objectifs communs à tous.  Le Conseil de participation désire que celle-ci concentre ses efforts sur un nombre restreint d’actions, de façon à avoir plus de chances de les mener à bien.

L’équipe éducative insiste sur le fait que l’élève est au centre de son apprentissage, est acteur de sa formation.  Par conséquent, les professeurs et les éducateurs, par une action cohérente et avec la collaboration des parents, ont pour objectif de rendre l’élève de plus en plus autonome et de favoriser l’acquisition de compétences disciplinaires et transversales nécessaires à sa réussite.

C’est en évaluant le projet d’établissement précédent et en mettant en évidence ce qui existe déjà dans l’école que les lignes de force suivantes ont été retenues comme prioritaires et fondamentales: une pastorale d’ouverture, l’accueil, une communication de qualité, garantir un enseignement de qualité

S’il n’est pas question de hiérarchiser ces différentes lignes de force, elles sont complémentaires et tendent vers le même objectif.  Il nous a semblé cependant fondamental de commencer par la pastorale scolaire car celle-ci constitue l’esprit que la Sainte-Union, en tant qu’école chrétienne, veut insuffler au quotidien dans la pédagogie et les différentes actions entreprises.

1 . Une  pastorale d’ouverture

Conscients d’avoir à faire à une communauté d’élèves, de parents, d’enseignants et d’éducateurs de plus en plus riche dans sa diversité (cultures, croyances, convictions, pratiques religieuses, centres d’intérêts différents), nous croyons qu’il faut mettre l’accent sur un aspect déjà présent dans notre projet éducatif (p3) « Nos établissements accueillent volontiers ceux et celles qui se présentent à eux : ils leur feront connaître leur projet, les élèves et les étudiants seront invités au moins à partager les valeurs qui inspirent notre enseignement, cela dans le plus grand respect de la liberté de conscience. »
L’enquête auprès des professeurs révèle que les valeurs humanistes comme l’accueil, le respect de l’autre, l’écoute, l’ouverture à l’autre, le dialogue, la disponibilité, le service et l’aide aux plus faibles sont vécues au quotidien dans l’école !  Ces valeurs sont évidemment en totale concordance avec l’Evangile et le message chrétien auquel nous adhérons. A travers les cours de religion et la pastorale scolaire, nous proposons une réflexion de fond sur les grandes questions de l’existence : l’amour, la violence, la vie et la mort, la souffrance, la quête du bonheur, etc. Ce travail est ensuite enrichi d’une confrontation avec le message de Jésus-Christ dans le respect des convictions des uns et des autres. Chacun étant en effet laissé libre, en fin de compte, d’adhérer ou non au message de la foi chrétienne. En outre, cet apport de la religion est aussi l’occasion de faire découvrir des domaines et ressources moins souvent explorés tels que l’intériorité, le silence, ou encore la prière.

Comment aider nos jeunes à devenir libres, autonomes et responsables ?  Comment leur (re)donner confiance à la fois en eux et dans le monde proche ou lointain qui les entoure ?
Pour relever ces défis, il nous faut mettre en place des lieux où les jeunes et adultes puissent échanger et confronter leurs idées en confiance et en vérité.

Ce qui se fait déjà …

De petits pas sont réalisés; chacun apporte sa pierre à l’édifice, dans la mesure de ses moyens:
– en organisant des temps de réflexion pour certaines classes (retraites, récollections)
– en créant des activités qui permettent de redécouvrir le sens de Noël et de Pâques
– en mettant sur pied une marche parrainée au profit d’une action caritative
– en invitant des témoins
– en visitant des personnes âgées ou handicapées
– ajoutons à cela des manifestations de foi, de soutien lors d’évènements malheureux: présence à des funérailles, envoi de fleurs aux enseignants malades

Ensemble visons les priorités suivantes :

– viser à ce que toute la communauté éducative se sente concernée par la pastorale scolaire. On ne demande pas à tous d’être des croyants convaincus, mais on demande de ne pas mettre d’obstacle à la proposition chrétienne et de permettra à chacun d’exprimer ses convictions en toute liberté.
– encourager la mise sur pied sur base volontaire d’une  « équipe de pastorale scolaire » en lien avec le Conseil de pilotage de l’école qui coordonne les actions en les intégrant dans l’année scolaire, par exemple par un thème année, par la préparation des temps forts.
-imaginer, créer, en lien avec l’actualité, des lieux de réflexion, des partages sur les questions liées aux religions, à la spiritualité (ex. Café philosophique …)
– imaginer des espaces et modalités diverses favorisant l’intériorisation, la méditation, la prière.
-favoriser la collaboration des laïcs avec les religieux en général et le curé de notre paroisse en particulier.

2. L’accueil de chacun et chacune

Fidèle aux principes de son fondateur, la Sainte Union de Kain se veut être une école ouverte, accueillant chaque jeune tel qu’il est, avec ses points forts et ses points faibles, respectueuse de sa réalité sociale et familiale.  Elle s’engage à lui donner des outils et à créer les conditions favorables à son épanouissement pour qu’il grandisse et devienne un adulte libre et responsable.

Ce qui se fait déjà …

– En septembre: une période d’accueil pour tous

Le 1er jour de l’année scolaire, les élèves de 1ère sont les seuls à rentrer à l’école; ils sont accueillis par la direction, la coordinatrice, leur éducateur et les titulaires.  Pour les mettre en confiance, des jeux de connaissance ont lieu durant la matinée; à l’issue de cette matinée, les titulaires forment les groupes classes.  Un horaire particulier, privilégiant les contacts avec le titulaire mais permettant aussi de rencontrer les autres professeurs, est organisé pour le reste de la semaine.  En fin de semaine, une journée d’accueil rassemble tous les élèves de 1ère pour des activités à l’intérieur et à l’extérieur du bâtiment.
Particulièrement durant le mois de septembre mais aussi durant toute l’année scolaire, les professeurs prodigueront de nombreux conseils d’organisation et de méthode de travail.  Prendre le temps de construire sur des bases solides est essentiel.

L’accueil des autres élèves se fait le lendemain par la direction secondée par les titulaires et éducateurs. Le 1er vendredi suivant la rentrée, une journée d’accueil pour tous vise à ce que les jeunes d’une même section apprennent à se connaître et à connaître leurs professeurs; des activités culturelles et/ou sportives sont ainsi organisées dans ou à l’extérieur de l’école.
– Quelques jours après la rentrée, les parents sont aussi accueillis pour faire connaissance avec le titulaire de leur enfant; mais la direction privilégie ce moment pour informer les parents du règlement d’ordre intérieur, des exigences de travail requises et de la collaboration attendue.

– L’accueil des nouveaux professeurs

Une attention particulière est portée aux nouveaux professeurs: lors de la réunion de rentrée (fin août) la direction les présente à la communauté éducative; ils reçoivent un petit guide contenant des indications d’ordre pratique surtout.  La coordinatrice du 1er degré ainsi que la secrétaire de direction sont à leur disposition pour leurs premiers pas dans notre établissement scolaire. Le coaching est favorisé entre les jeunes professeurs et les professeurs chevronnés. Les jeunes collègues et intérimaires sont soutenus par toute l’équipe éducative dans l’apprentissage sur le terrain de leur métier.
La fête de la Saint-Nicolas est une merveilleuse occasion pour mieux encore intégrer ces nouvelles recrues dans notre équipe.

– Accueillir tout au long de l’année l’élève comme il est et l’aider dans ses difficultés

1. Difficultés d’ordre scolaire: au 1er degré, très vite, début octobre, les difficultés sont ciblées et des cours de méthode de travail et d’étude dirigée sont mis en place dans l’horaire ou après 15H30.  Les élèves sont désignés par leurs professeurs.  Pour les élèves des autres années, des cours de remise à niveau sont organisés dans certaines branches. Des contacts individualisés sont organisés; en cas de difficultés spécifiques, des stratégies de remédiation sont organisées.

2. Difficultés sociales, familiales, relationnelles, existentielles: créé depuis peu pour lutter contre le décrochage scolaire, le SAS interne vient en aide, en toute discrétion, aux  élèves qui souhaitent une oreille disponible, attentive et bienveillante à leurs problèmes. Sans vouloir se substituer au PMS, le SAS est d’abord à l’écoute du jeune. Dans la mesure du possible des pistes d’aide sont envisagées.  (Par exemple en rétablissant la communication entre les élèves ou avec le professeur ou, quand le problème est plus vaste, passe le relais à des structures spécialisées telles que celles de l’aide à la jeunesse, …)

Ensemble visons les priorités suivantes :

-Améliorer encore la collaboration avec les parents, par exemple par une association des parents constructive et performante
– Continuer à développer le  SAS pour améliorer encore  la lutte contre l’échec et le décrochage scolaire, par exemple en garantissant des moyens,  en développant encore notre remédiation avec l’équipe éducative
– Continuons à nous former pour accueillir et être à l’écoute des parents en difficulté
-Persévérer dans l’accueil des nouveaux enseignants et l’accompagnement (parrainage) dans leur professionnalisation.

3. Une  communication de qualité

Ce qui se fait déjà …

1 . Au sein de la communauté éducative

– Le COPIL (Conseil de Pilotage Pédagogique)) composé de la direction, du chef d’atelier (section hôtellerie), d’un éducateur, d’un représentant du cycle inférieur, un du cycle supérieur et de la section Education travaille en équipe pour gérer la vie au quotidien et le calendrier, assurer une cohérence dans les projets ainsi qu’une meilleure circulation de l’information entre les différents acteurs de l’école (voir tâches et fonctions prioritaires du COPIL).
Le COPIL veille également à gérer l’école en adéquation avec les exigences légales en matière de programmes, d’exigences de l’inspection, de l’évaluation externe.
Le COPIL utilise un maximum de moyens de communications (Envoi et affichage des rapports de réunions, création d’adresses mail pour tout le personnel, affichages, réunions plénières, enquêtes,  entretiens avec des groupes ou des individus) afin de créer et soutenir un climat de collaboration optimal et de « haute qualité de vie » au sein de toute la communauté éducative.
Le P.O. et la Direction respectent les obligations légales en matière de communication avec les structures officielles comme le C.P.P.T., le CE et le Conseil de participation.

2 . Au sein du corps professoral

– Les professeurs se réunissent lors des conseils de classe (sous la direction du Directeur, du coordonnateur ou du titulaire) pour examiner l’évolution des apprentissages de l’élève.  L’équipe du centre PMS se charge de donner aux professeurs des informations sur les difficultés sociales, familiales, scolaires rencontrées par les élèves en respectant ses devoirs de confidentialité.
– Un PIA, plan individuel d’apprentissage, a été mis en place au 1er degré (1° S, 2° S et 1er degré différencié) pour assurer un suivi ciblé de l’élève.  Celui-ci constitue un outil privilégié de communication entre les enseignants et les parents.
– Des réunions avec le SAS (voir point 3 sur l’accueil de chacun et de chacune) les éducateurs, le PMS et la médiatrice scolaire, intitulées « coordination sociale » permettent de coordonner les actions.
Pour organiser la formation du personnel, le COPIL tient compte des besoins et attentes des membres du personnel et les organise au mieux pour être en adéquation avec les exigences légales.

3 . Entre les enseignants/éducateurs et les parents

– Le journal de classe reste l’instrument privilégié de communication, tant pour l’enseignant que pour les parents.
– Cependant les parents peuvent rencontrer les enseignants lors des réunions organisées après chaque remise de bulletin (4x/an).
– Ils ont évidemment toujours la possibilité de demander un rendez-vous avec un enseignant via le secrétariat qui est facilement accessible.
– De manière plus conviviale, ils pourront retrouver les enseignants lors des repas didactiques et des fêtes scolaires.

– En cas de problème grave, l’enseignant ou l’éducateur informe les parents par courrier ou par téléphone. Des entrevues individuelles avec les éducateurs et les enseignants sont  organisées. Les parents peuvent contacter l’école par l’accueil au 069/89.03.89

4 . Entre élèves et la communauté scolaire

Les élèves qui le souhaitent peuvent devenir de vrais acteurs de la vie au quotidien de leur école.  Il n’y a pas d’élection. Ils seront des relais auprès de leurs pairs mais aussi auprès du Copil et des enseignants, et des moteurs de changement au sein de leur école.  Une corde de plus à leur arc pour apprendre leur difficile métier de citoyen!

5 . Avec le monde extérieur: le journal et le site WEB de l’école

Publié 3 fois par an, le journal permet à tous, élèves, parents, enseignants, grâce à la relation des multiples projets et actions qui y sont décrits, de prendre conscience de leur appartenance à une même communauté scolaire et d’en être fiers! En effet, ce journal constitue également la plus  belle vitrine illustrant la qualité des activités et enseignements entrepris. Il réalise également le lien avec notre école fondamentale et nos anciens élèves.
Le site WEB : www.sukain.be met ce journal en ligne et permet de consulter en permanence toutes les informations actualisées de notre école.

Ensemble visons les priorités suivantes :

Pour la communication externe, via tous les moyens évoqués ci-dessus mettre l’accent sur notre offre d’enseignement général et sur la réussite de nos anciens élèves. Continuer à actualiser et rendre interactif notre site WEB.
Utiliser ce projet d’établissement actualisé lors de l’inscription des élèves dans l’école (contrat explicite entre les parents et l’école)
Pour la communication interne persévérer dans l’écoute de tous les acteurs pour maintenir un esprit de collaboration constructive dans toute notre communauté éducative.

4. Garantir un enseignement de qualité

Ce qui se fait déjà …

-Pour donner du sens aux apprentissages, motiver nos élèves d’aujourd’hui et les rendre acteurs de leurs apprentissages un maximum de projets (voyages, échanges, visites, spectacles, conférences, travaux pratiques …) sont mis sur pied dans le cadre des matières vues aux cours.
– Nous encourageons l’apprentissage des langues et des cultures par les voyages et les échanges linguistiques. Traditionnellement, nous participons à des projets européens comme les échanges Comenius et l’Euroweek qui rassemble des jeunes de tous les pays de l’Union. Notre école fut pionnière dans ce domaine dès 1992 et les activités sont toujours en cours. Nous participons à des concours et compétitions dans tous les domaines afin de favoriser la rencontre et l’émulation avec d’autres élèves (olympiades de Math, brevet de langues, compétions sportives le mercredi après-midi)
– Les élèves sont accompagnés dans leur projet personnel et sont aidés pour leur choix futurs, informations PMS, Opération carrière, Participation aux portes ouvertes, stages…
-Les élèves sont sensibilisés et invités à s’impliquer dans des projets d’Education à l’environnement, à la Santé (qualité des repas de la cantine, opérations petits déjeuners …), à la Citoyenneté (délégation des élèves, collectif jeunes…)
-De nouveaux équipements sont réalisés ou sont en préparation garantissant ainsi de meilleures conditions de travail et d’apprentissage (labos de Sciences, matériel d’éducation physique, bibliothèque accessible et enrichie, équipement des cuisines, projet cyberclasses…)
-Les professeurs se forment aux nouvelles technologies et les intègrent dans leurs enseignements
-Toutes les sections visent « l’excellence pour tous »
-Les inspections récentes dans l’école confirment la qualité de l’organisation de l’école et du niveau des apprentissages qui y sont prodigués.

Ensemble visons les priorités suivantes :

-concrétiser des collaborations pédagogiques précises avec notre école fondamentale et probablement profiter du projet « Ecole 21 »
-poursuivre notre politique de formation et de soutien au personnel à se professionnaliser pour garantir le meilleur enseignement possible.

Lien Permanent pour cet article : http://www.sukain.be/secondaire/vie-a-l-ecole/notre-projet-detablissement/